Passer son permis de conduire….quand on n’est plus tout jeune !

Permis de conduire Clara

Je vous l’annonçais sur Instagram il y a quelques jours, j’ai la joie, le bonheur, la jubilation d’avoir reçu mon papier rose attestant de la réussite de mon passage du permis de conduire !

Je suis enfin un A. A comme Apprenti sur la route. A comme Adulte conductrice. A comme Attitude positive. A comme Amour de la vie!

Il faut le dire, cela n’a pas été une mince affaire, mais la satisfaction n’en est que plus grande!

Pour résumer: je faisais partie de ces parisiens et parisiennes qui n’ont jamais jugé utile de passer le permis de conduire avant 30 ans car Paris bénéficie d’un service de transports en commun gigantesque, car la flotte de Uber est monumentale, car les velib’ sont hyper pratiques. Bref, toutes les raisons étaient bonnes pour PROCRASTINER d’année en année.

Puis, on réalise que le temps passe un peu. Que l’on n’est plus dans sa vingtaine, que son emploi peut exiger l’usage d’un véhicule, que l’on a envie d’une liberté totale. Et c’est là que commence le conditionnement psychologique fort.

Conditionnement car: se pencher sur un livre de code, des cours de code, des sessions de code en groupe avec des ados d’à peine plus de 16 ans qui passent la conduite accompagnée, avouons le, c’est rude, on se sent clairement en décalage! 

En ce qui me concerne, j’ai décidé de prendre le taureau par les cornes et de faire ce que l’on nomme dans des termes un peu familiers « du bourrage de crâne » lors d’une formation de code en accéléré. J’ai donc mangé, dormi, vécu « code » pendant 2 semaines (les plus longues de ma vie) pour le passer dans un bureau de poste sur tablette numérique, le réussir du premier coup (Dieu merci!), et enchaîner sur les heures de conduite.

Plutôt à l’aise, je réalise mes 20 heures réglementaires, le passe illico, et le loupe sans grosse erreur majeure pour cause de « trop d’assurance ». Dans un cas comme celui-ci, vous êtes traversé par toutes sortes d’émotions négatives: dégoût, rage, déception, humiliation, tristesse, solitude…

Et puis quelques semaines plus tard, je reprends deux heures de conduite et le repasse, dans un état de stress absolu, car votre entourage attend beaucoup de ce deuxième passage, car vous vous mettez vous même une pression de malade qui dépasse l’entendement, et qui, inutile de le détailler, vous fait totalement perdre les pédales. Conséquences: on se sent nulle nulle nulle et on a envie de baisser les bras. Mais c’est là que l’on se rend compte que l’on est un winner, en s’interdisant d’abandonner, en prenant son courage à deux mains et en programmant une fois encore une nouvelle date. La troisième. 

Afin de mettre toutes les chances de mon côté et sur les bons conseils d’un ami, j’ai loué une voiture à double commandes via Success Permis (le graaaaaal) pour 10h, 2 heures par jour pendant une semaine.

Success Permis c’est l’énorme révolution de la conduite. C’est simple, il faut justifier de 20h de conduite en auto école, trouver un ou des amis sympas pour passer du temps à vos côtés en guise de prof de conduite, vous inscrire et réserver en ligne vos heures, sélectionner le parking dans lequel se trouve la voiture. Puis, vous y rendre, récupérer les clés dans la boîte à gants de la voiture qui est ouverte et enfin conduire sur les plages horaires réservées. Pourquoi j’en suis fan? C’est simple, c’est convivial, et c’est si peu cher! L’heure est à 17€ contre plus de 50€ en auto école! Voyez combien c’est intéressant! 

Confiante tout en gardant ce petit stress et cette adrénaline, je le repasse, cette fois ce sera la bonne, sinon….

Il pleuviote, le stress a anéanti mes capacités à dormir la veille mais tant mieux je ne suis donc pas sur-excitée, je multiplie les sprays de « Rescue » (petit flacon de fleurs de Bach et cognac, excellent moyen de se détendre sans passer par les terribles Xanax and co qui vous transforment en zombie!), je conduis la première (nous sommes trois) y prend plaisir, et en sors victorieuse! ENFIN!

J’ai passé des tonnes de concours, d’exams, d’oraux complexes, d’entretiens dans ma vie: rien, RIEN ne m’a autant stressé que ce permis de conduire !

La joie vous envahit une fois le soulagement passé. Vous faites la fierté de votre famille qui n’y croyait plus, de vos amis qui doutaient de votre réussite, de vos profs de conduite qui voyait en vous un dinosaure.

Mais surtout, et c’est de loin le plus important, vous êtes fier de vous, et ça n’a pas de prix! 

Il ne me reste plus qu’à trouver une jolie voiture, y coller cet énorme autocollant blanc et rouge et à conduire encore et encore.

Courage à ceux qui doivent encore passer cette épreuve !

Love

C.

Ps: un bon plan pour passer le permis de conduire en payant moins cher, grâce à Ornikar !

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *